Concerts / Spectacles

Kussay And The Smokes

Kussay And The Smokes

Un jour, Kussay en a eu marre du rap joué par des machines. Il s’ennuyait, alors il est allé voir ses copains bluesmen et il leur a demandé :
- « Hé les gars vous faites quoi pour les 40 prochaines années ? Est ce que ça vous dit qu’on devienne des Rockstars en mélangeant le Blues, le Rock, la Soul et le Rap ?»
Ils se sont dit qu’il était devenu fou mais comme ils avaient rien de mieux à faire, ils ont dit oui.

Et bien leur en a pris !

Dès les 1ères notes, KATS envoie du lourd : ça suinte le Jacks, ça dégouline la colère et pourtant ça déborde d’optimisme. Normal, le montpellierain d’origine syro-libanaise n’est pas là pour faire des ronds de jambe : il chante sa vie et celle de ses proches. Celle de la nuit noire, des galères, du sexe et de l’espoir.

Le Blues est pesant, puissant, présent à chaque détour de phrase, emmené par 4 musiciens et chanteurs inspirés. Au centre, le flow de Kussay sert ses textes aussi fins et ciselés que ses biceps sont lourdement tatoués.

Cet homme n’est que paradoxe : aussi bizarre qu’une calme colère, il envoie ses uppercuts poétiques avec l’énergie du désespéré, caresse soudain d’un sourire, retourne un crochet du gauche venu du fond de ses entrailles et laisse pantelant, avec une phrase douce comme l’espoir : « laisse parler l’animal cesse l’analyse… c’est dans le cœur des hommes que se trouvent les cieux » 

Dérangeant, craquant, positif, violent, énergique, le bluesrap de Kussay a ce côté vaudou, qui fait pousser la crête punk et sauter sur son voisin … ou déclamer des vers, la bouche pleine de fleurs à sa voisine au décolleté trop plongeant.

Renversant.

Ils ont fait appel à nous: 
  • Festival Cognac Blues Passions - 18
  • Festival Blues Sur le Zinc à Beauvais
  • Le Noumatrouff à Mulhouse
  • Festival Quand Je Pense à Fernande à Sète
  • L'Affranchi à Marseille
  • Festival Paroles de Murs à Monoblet